Quelques façons de tronquer des mots

Publié le par Shasvati

Le terme métaplasme indique toute transformation phonétique ou morphologique qu’un mot peut subir. Ce mot englobe tous les procédés qui altèrent un mot : que ce soit par addition, suppression ou inversion des sons. Dans cet article, je vais présenter des métaplasmes de suppression.

 

On peut abréger des mots en plusieurs façons. L’apocope est le procédé d’abréger un mot en retranchant un ou plusieurs phonèmes à la fin du mot. Certaines apocopes font parties du vocabulaire quotidien et elles ont (presque) remplacé les termes qui leur ont donné naissance. Par exemple, le mot vélo a remplacé vélocipède et le mot taxi a remplacé taximètre. On ajoute la finale –o à certains mots tronqués par apocope , ( véto pour vétérinaire ) , ce –o vient du suffixe diminutif –ot. L’élision est une forme particulière d’apocope.

 

Le terme aphérèse désigne la chute d’un ou de plusieurs phonèmes au début d’un mot. Ce procédé est souvent associé au langage familier ( ricain pour Américain) et sert aussi à former des diminutifs ( comme Toine pour Antoine).Il y a certaines expressions de ce genre qui ont une histoire plus longue. L’ancien juron familier tudieu est une abréviation de << par la vertu de Dieu >> ,  le mot chandail est l’abréviation populaire de marchand d’ail , nom donné aux vendeurs de légumes aux Halles et par extension au tricot qu’ils portaient. D’après le Robert Historique, ce mot fut repris par le fabricant de ce tricot, Gamard ( à Amiens) qui l’avait d’abord appelé Gam(e)sou en utilisant le début de son nom et l’initiale phonétique approximative de sweater. Le mot bougnat est un mot pseudo-auvergnat , c’est une aphérèse de charbougna << charbonnier >>, lui même une création parisienne influencée par des parlers occitans d’Auvergne. Les Auvergnats étaient souvent vendeurs de charbon à Paris et ils tenaient aussi un débit de boisson.Ce mot a pris par extension le sens de << cafetier >>

 

La syncope, c’est la suppression d’un ou de plusieurs phonèmes à l’intérieur même du mot. Dans la langue littéraire, elle sert à rendre le rythme de la langue parlée. Le passage du mot latin calidus au français chaud ou le passage du latin eremitum au français ermite sont des exemples de syncopes.

 

En français, la troncation des mots longs se fait plus par apocope que par aphérèse. C’est tout pour aujourd’hui, à la prochaine fois,

 Shasvati

Commenter cet article

Alain-anjalika 14/04/2008 22:24

Bonjour!!Heureux de voir que tu es de retour avec un bel article!Et comment ce sont déroulés les examens? tu en parles si tu en as l'envie.Bonne continuation et à bientôt

Shasvati 29/04/2008 19:45



Bonjour ,
En somme, les examens étaient assez faciles et ils se sont bien passés.J'attends actuellemet les résulats qu'on va obtenir vers le 15 mai :-)